Jury & Prix

International

Eriq-Ebouaney

Eriq Ebouaney

Eriq Ebouaney est né à Angers (Maine & Loire) de parents camerounais. Après des études de commerce international, il se lance dans le théâtre et le cinéma. Il fait ses armes à la Cie La Baignoire et travaille ensuite les textes d’Euripide, Tennessee Williams ou encore Koltès. On le retrouve dans le théâtre privé aux côtés de Michel Galabru dans La poule aux œufs d’or et de Bernard Tapie dans Vol au-dessus d’un nid de coucou, puis plus récemment dans la pièce Edmond de Alexis Michalik.Mais c’est au cinéma dans son rôle de «Bad guy» dans Femme Fatale de Brian de Palma et le rôle principal dans Lumumba de Raoul Peck qu’il se fait connaître du grand public. Depuis cette mutation entreprise il y a vingt ans, il a collaboré avec des comédiens et des réalisateurs de renommée internationale parmi lesquels Gérard Depardieu, Jean Dujardin, Jean Reno, Benoit Magimel, Alexandra Lamy, Sandrine Bonnaire, Orlando Bloom, Liam Neeson, John Malkovich, Antonio Banderas, Ridley Scott, Brian de Palma, Park ChanWook, Olivier Assayas, Jean-Jacques Annaud.

Lucas-Belvaux

Lucas Belvaux

Lucas Belvaux est né en 1961 à Namur. En 1979, il s’installe à Paris pour devenir acteur. Un an après, il tient le rôle principal du film d’Yves Boisset Allons Z’enfants qui le révélera. Dans les dix années qui suivront, il aura l’occasion de travailler avec Jacques Rivette (Hurlevent), Claude Chabrol (Le Poulet au Vinaigre, Madame Bovary), Claude Goretta (La Mort de Mario Ricci), Olivier Assayas (Désordre), Marco Ferreri (Le Banquet), entre autres. En 1991, il réalise son premier film, Parfois Trop d’Amour, mais c’est, 5 ans plus tard, avec Pour Rire ! qu’il est reconnu comme metteur en scène. En 2003, il réalise Un Couple Épatant, Cavale, Après la Vie, un triptyque récompensé par le Prix Louis Delluc. En 2006, La Raison du Plus Faible, avec Natacha Régnier et Éric Caravaca, représente la Belgique au Festival de Cannes. Suivront Rapt, 38 Témoins et Pas son Genre, avec Émilie Dequenne et Loïc Corbery, qui remporte 3 Magritte. Son dernier film, Chez Nous, avec Emilie Dequenne, André Dussollier et Guillaume Gouix est sorti en février 2017. Il a également réalisé 4 films pour la télévision.

Diane-Rouxel-crédit-@Erick-Faulkner

Diane Rouxel

Etudiante en arts plastiques, Diane Rouxel grandit en Haute-Savoie. Découverte en 2014 chez Larry Clark à 18 ans (The Smell of us), elle est révélée un an plus tard dans La Tête haute d’Emmanuelle Bercot. En 2017, elle est l’un des cinq Garçons sauvages de Bertrand Mandico. Cette année, elle confirme son talent dans Mes Provinciales de Jean-Paul Civeyrac et dans Volontaire d’Hélène Fillières et Marche ou crève de Tatiana-Margaux Bonhomme, où elle tient les rôles principaux.

JAYRO

Jayro Bustamante

Né au Guatémala en 1977, Jayro Bustamante a commencé par étudier la communication à l’Université de San Carlos avant de traverser l’océan pour se lancer dans le cinéma. En formation entre Paris et Rome, c’est finalement Berlin qui consacre son talent émergent en récompensant son premier long métrage, Ixcanul, pour lequel il décroche le Prix Alfred Bauer dédié aux films novateurs.

Credit_Richard_Schroeder

Lucie Debay

Joliment encouragée il y a deux ans par le Magritte du Meilleur Espoir féminin pour sa prestation dans Melody, le drame émouvant de notre compatriote Bernard Bellefroid, Lucie Debay est née en Belgique un beau jour de 1989. Diplômée de l’INSAS, la voici maintenant à Cannes avec Nos Batailles, le film de Guillaume Senez (Keeper) présenté tout récemment en séance spéciale à La Semaine de la Critique, dans lequel on retrouvera également Romain Duris.

Européen

Isild-Le-Besco---Juré-CE

Isild Le Besco

Isild Le Besco débute sa carrière au cinéma à l’âge de 13 ans dans le court métrage La Puce d’Emma­nuelle Bercot. La réali­sa­trice refait appel à elle pour d’autres de ses tour­nages (Les Vacances, Quelqu’un vous aime, Le Choix d’Elodie, Backstage). En 2000, elle est la jeune Émilie de Lancris dans Sade de Benoît Jacquot, dont elle devient l’une des actrices fétiches ; on retrouvera Isild dans À tout de suite, Au fond des bois et dans L’Intouchable pour lequel elle obtient le prix de la meilleure jeune actrice à la Mostra de Venise en 2006. Nommée deux fois aux Césars en tant que Meilleur Espoir Fémi­nin, la comédienne est aussi scénariste et réalisatrice (Demi-tarif, Charly, Bas-fonds, La Belle occasion), auteur (Sang d’encre, S’aimer quand même) et illustratrice.

COTE_Denis_23_RT

Denis Côté

Denis Côté (1973) (Nouveau-Brunswick, Canada) fonde nihilproductions dans les années 90 et tourne une quinzaine de courts métrages. Il a été journaliste et critique de cinéma avant de réaliser son premier long métrage Les États nordiques en 2005. Suit Nos vies privées en 2007 qui fait le tour du circuit festivalier. Carcasses (2009) est présenté à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes pendant que Curling, son cinquième long métrage, remporte les honneurs au Festival de Locarno en 2010. Vic+Flo ont vu un ours (2013) a obtenu l’Ours d’argent de la Berlinale en Allemagne pour son innovation. Les films singuliers de Denis Côté ont été montrés dans plus de 400 manifestations cinématographiques en plus de faire l’objet de plus d’une vingtaine de rétrospectives à travers le monde.

DArbid--Credits---@E.Caupeil

Danielle Arbid

Née à Beyrouth, Danielle Arbid arrive en France en 1987 pour étudier la littérature et le journalisme. Elle réalise des films depuis 1997. Sélectionnés par de nombreux festivals à travers le monde (Cannes, New York film festival, San Francisco, Locarno, Pusan, Tokyo, etc.), ses fictions et ses documentaires ont reçu des dizaines de récompenses dont Le Léopard d’Or vidéo (Conversations de salon), le Léopard d’Argent vidéo et le prix Albert Londres (Seule avec la guerre). Ses deux longs-métrages Dans les champs de bataille et Un homme perdu ont été sélectionnés à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes en 2004 et en 2007. Peur de rien (2016), son troisième long-métrage de fiction, a obtenu, entre autres, le prix de l’Académie Lumière de la presse étrangère. De nombreuses rétrospectives ont été organisées autour de ses films en France et en Europe. Toujours attirée par les formes nouvelles et les expériences pluridisciplinaires, Danielle Arbid est aussi occasionnellement actrice (Les Apaches, Réparer les vivants) ; photographe et co-fondatrice du festival Né à Beyrouth. Danielle Arbid a fait l’objet en 2017 d’un portrait signé Yannick Casanova pour la collection «Cinéma de Notre temps».